L'histoire de savy

 

L'histoire de Savy
 

 
Puce Savy en remontant les siècles... Puce Un des plus anciens villages du canton.
Puce Une anecdote Puce Reconstruction de l’église après l’incendie de 1758.
Puce SAVY - 1790 Puce SAVY – 21 avril 1790
Puce Savy - 27 septembre 1790 Puce SAVY - La bataille de 1871.
Puce SAVY - 1887 Puce SAVY - Vu, il y a 50 ans ?
Puce SAVY - La corderie 1872-1972 Puce  

 


Puce  Savy en remontant les siècles...

Hist 01
     - Village du département de l’Aisne, en plein cœur de la campagne Picarde, appartenant au Canton de Vermand, sa traversée par la RD 68 permet la liaison avec Saint-Quentin Chef lieu de l’arrondissement.


Puce  Savy est un des plus anciens villages du canton de Vermand.

     - Son origine remonte bien avant l’époque Gallo-Romaine. Il est mentionné dans des titres de l’année 960, sous le nom de Savienacus, et dans d’autres de 990 sous celui de Saviacus. Il figure dans un acte épiscopal de 1137, sous le nom qu’il porte aujourd’hui : Savi. A cette date, l’évêque de Noyon, Simon de Vermandois donna aux religieux du Mont-Saint-Martin, les deux tiers de l’autel de Savy.

     - C’est vers cette époque qu’une église fut construite dans ce village. Auparavant, les habitants dépendaient de la paroisse de Misery-en-Carnois, village situé tout près d’Attilly, à 3 Kilomètres Ouest-Nord de Savy.

     - Un beau chemin qui existe encore aujourd’hui se dirige vers l’endroit où se trouvait ce village, en passant tout près de Courteni, hameau dépendant de Savy, et détruit depuis plus de 200 ans.

     - Dans les lettres d’amortissement du roi Philippe-le-Bel, de 1295, en faveur de l’Hôtel-Dieu de Saint-Quentin, on lit : ad Calceiam inter villas de Carteni et de Savi. Courtegny, Carteni et en dernier lieu Courteni était un hameau dépendant de Savy. Il était situé entre ce village, Etreillers et Misery-en-Carnois.

     - Paul Coliette et Melleville nous apprennent qu’il y avait autrefois un fief sur le terroir de Savy, le fief Blamont et une tombelle mentionnée dans un acte d’amortissement de 1295.

     - Paul Colliette et Melleville nous apprennent que Savy a été donné, en 1250, à l’abbaye de Royaumont près de Senlis, par le roi Saint-Louis. Plus tard, en 1330, le seigneur de ce village était un nommé Mathieu de Savy. En 1635, la seigneurie aurait fait partie du duché de Saint-Simon.

Hist 02


Puce  Une anecdote                                                                                                                                                                                                                                                    Up

     - Un curé de l’église Notre-Dame de Saint-Quentin, nommé Nicolas Wargnier, raconte que le 16 juin 1607, un meunier de Savy, nommé Adam Bernard, battait les meules de son moulin, lorsque tout à coup un orage éclata et la foudre tomba sur le moulin et sur le meunier. Le moulin fut détruit et le meunier précipité loin du lieu où il se trouvait. Il mourut presque aussitôt. « Ce châtiment, dit Coliette fut regardé comme la peine due aux mauvais traitements que ce meunier avait fait ressentir à ses père et mère, auxquels il avait même refusé le pain. ».


Puce  SAVY – la reconstruction de l’église après l’incendie de 1758.                                                                                                                                                                            Up         

     - Nous avons trouvé dans une collection d’autographes mise en vente par la libraire Menu, de Paris, divers documents concernant l’abbaye du Mont-Saint-Martin, Savy, Brancourt et Lehaucourt.

     - Les documents dans lesquels il est question de Savy, se composent de lettres relatives à la reconstruction de l’église de ce village, détruite par un incendie, le 16 mars 1758, avec le presbytère et un grand nombre de maisons, granges, et écuries.

     - Le Cardinal de Luynes, archevêque de Sens, et abbé commendataire du Mont-Saint-Martin, devait contribuer pour un tiers dans la dépense. Il était, en effet, avec le Chapitre de Saint-Quentin, l’un des gros décimateurs de la paroisse.

     - Mais le prélat lésinait le plus possible et cherchait des échappatoires pour éviter de venir en aide aux malheureux habitants de Savy, ruinés en grand nombre par l’incendie de 1758.

     - C’était pourtant un grand seigneur, un des puissants de l’époque et qui s'intitulait modestement :

« Éminentissime et Révérendissime Seigneur Monseigneur Paul d’Albert de Luynes, Cardinal-Prêtre de la Sainte Eglise Romaine, Archevêque-Vicomte de Sens, Primat des Gaules et de Germanie, Commandeur de l’Ordre du Saint-Esprit, premier aumônier de Madame la Dauphine et Abbé commendataire de l’abbaye royale du Mont-Saint-Martin, etc. »

     - Ce fut sept ans après le désastre de 1758, le 28 janvier 1765, que les travaux de reconstruction de l’église furent mis en adjudication. Un entrepreneur de bâtiments, nommé Philippe-Charles Havet, d’Avesne-le-Sec, près de Bouchain, se rendit adjudicataire, moyennant le somme de 5 350 francs. Le Cardinal de Luynes contribua dans les dépenses pour 1 783 francs 25.

     - L’entrepreneur arriva à Savy au mois de février avec des ouvriers qu’il amena de son pays, et se mit à l’œuvre aussitôt. A la fin de l’année une église s’élevait à peu de distance de l’emplacement où se trouvait celle détruite le 16 mars 1758.

     - Après celle d’Etreillers, c’est une des plus belles églises du Canton de Vermand. Si elle n’a pas, comme celle d’Etreillers, le caractère architectural d’un temple, son portail présente cependant, avec le clocher qui le surmonte, un aspect quelque peu monumental qui frappe le voyageur venant d’Etreillers lorsqu’il entre dans Savy par la belle rue au bout de laquelle s’élève cette église au centre du village.


Puce  SAVY - 1790                                                                                                                                                                                                                                 Up

     - En 1791, la municipalité de Savy se réunit avec celle des villages voisins, pour procéder à la délimitation de leurs territoires respectifs.

     - De petites difficultés avaient surgi précédemment à ce sujet, à l’occasion de la répartition de l’impôt foncier.

     - Un document du 21 avril 1790, concernant les villages d’Holnon et Savy est ainsi conçu :


Puce  SAVY – 21 avril 1790                                                                                                                                                                                                                                        Up

Hist 03      - Ce jourd’huy, vingt et un avril 1790, l’Assemblé municipal d’Holnon réhuny avec l’Assemblé municipal de Savy, en présence de celle de Fayet, avons accordé provisoirement ce qui suit :

     - Il appartiendra à la paroisse d’Holnon pour leurs impositions tout les six derniers mois de 1789 que pour leurs impositions général de 1790, ce qui suit :

     - Trente-trois septiers de bois appartenant à M. Lescot qui ce limite à la voie Marquelle seront imposé à Holnon.

     - Plus toutes les pièces de terres labourable depuis ce bois jusqu’au chemin d’Holnon à Etreillers seront à Holnon si la grande quantité des pièce de terre surpacera la ditte voie Marquelle d’une plus grande quantité du côté de Savy, ils appartiendront et seront imposé à Savy.

     - Plus tous les terre labourable dîtes la pature de Lercullée appartiendront à Savy.

     - Tout ce que dessus a été convenue et signé sur le lieu à la voie Marquelle, ledit jour 21 avril 1790. Fait double.

     - DEFRANCE, maire d’Holnon ; MENNESSIER, maire de Fayet ;

     - TROCME, officier ; FERLET, officier ; AQUAIRE, officier ; CATRY, officier ;

     - CAMUS ; CATRY ; SATIZELLE ; HUTIN ; LEFEVRE ; COUTTE ; MALEZIEUX ; BAVARD.

     - Il faut croire que toutes les difficultés ne furent pas aplanies par cette convention municipal. La lettre suivante du maire de Savy, M. Mansart, et dont l’original se trouve dans les archives d’Holnon, témoigne de la tension des rapports entre les municipalités des deux communes :


Puce  Savy - 27 septembre 1790 -                                                                                                                                                                                                            Up

    Monsieur,

    Vu la lettre que vous avez envoyer et adresser aux officier municipaux de notre Paroisse ils paroit que vous et votre maire, navez pas été satisfait de la reponse que iai fait, puisse quil est vrays que vous en avez renvoyer la Copie, ie ne croit cependant pas lui avoir manquer pour lui avoir cité le décret de Lassemblée Nationalle du 14 mai 1790 vous ditte que ce susdit decrets na été donné, que pour faciliter lachats de biens, cependant il est dit quil seront censée appartenir et vous ditte que cela ne donne pas plus de droit pour le paturage, cela ne minteresse nullement dans ce moment.

    Vous dittes en qualité de Procureur, mes Paroissiens ne pretendent ny ne veulent et nentendent chercher chicannes à personnes à qui que ce soit de leur voisins quils sen tiennent purement et simplement à la démarcature et il n’y a rien de plus agréable que la paix.

    Observer donc que laditte démarcature na été faitte que provisoirement, conformement aux Instructions publier par ordres du Roy en datte, etc., il est écrit cela nest uniquement relative à repartition des Impositions de 1790 sans quelle puisse préjudicier par la suitte aux droits respective des deux Communauté mais il ne ditte point que ce pour le paturage et glannage.

    Vous ditte au reste que cet un trop petit objet pour brouillier de bons voisins et frerre, et moi iai à vous répondre en qualité de maire que ie ne cherche à brouillier n’y ne donne occasion de brouillier qui que ce soit, mais jose bien vous dire et repeter s’il le faut, que vous demander la démarcation pour limposition de 1790 et qu’il nous sera permis de vous la demander pour 1791, c’est-à-dire pour limposition de 1791, pour vous prôver que ie ne cherche chicannes à personne, ie vous direz que nous navons demander aucune démarcation lannée dernierrre à aucun de nos voisin toutes les démarcation qu’il a été faitte de notre part vous le scavez.

    Au reste peut être bien que le mecontentement provient de ladresse que iai mis sur la lettre que iai adresser à monsieur de France, si cela est, iai imité ses exemple que vous connoitrer par ladresse ci-jointe. – Votre serviteur, MANSART, maire de la susdite Paroisse.

CAMUS, Procureur.


Croyer que ie ne sais délibérer en aucunes manieres que ce soit si ce nest du consentement de lassemblées municipalles.
 

Hist 10

Puce   SAVY - La bataille de 1871.                                                                                                                                                                                                         Up         

     - Comme tous les villages avoisinants la ville de Saint-Quentin, Savy fut témoin et victime de la bataille du 19 Janvier 1871.

     - Ce jour-là, vers 10 heures du matin, les troupes du général Kummer arrivaient dans ce village venant de Beauvois par Etreillers ; des détachements du 7e hussards allemand étaient dirigés en reconnaissance au-delà de Savy, vers les bois qui s’élèvent à l’Est du côté de Francilly et de Saint-Quentin. Une brigade française, commandée par le colonel Isnard occupait ces bois. Elle était appuyée par deux batteries d’artillerie de la division Payen.

     - Bientôt les Allemands envahirent les champs et les chemins qui se trouvent à l’Est et au Sud-Est de Savy, et le combat commença aussitôt. Il dura jusqu’à la fin de la journée. Les deux batteries d’artillerie maintinrent leur position pendant toute la durée de la bataille avec une ténacité admirable. Malheureusement, l’armée française, beaucoup moins nombreuse que l’armée allemande, et obligée de combattre sur un champ de bataille de plus de 18 kilomètres formant un demi-cercle depuis Fayet jusque du côté de Neuville-Saint-Amand, et coupée en deux par le canal et la Somme, dut battre en retraite à la chute du jour.

     - Les troupes allemandes qui se trouvaient près de Savy retournèrent occuper ce village et renouvelèrent les déprédations qu’elles avaient commises dans la journée.

     - La Municipalité évalua à 36 585 francs les dégâts causés dans la commune, le chiffre fut réduit plus tard par la Commission cantonale à 14 700 francs.

     - Elle évalua les objets mobiliers et autres enlevés sans réquisition pendant la durée de la guerre à 50 753 francs 05. Le chiffre admis par la Commission du canton fut seulement de 30 000 francs.

     - Le préjudice causé à la commune par les réquisitions fut fixé à 21 066 francs 75, et réduit par la Commission à 18 232 francs 90.

     - Enfin les contributions de guerre payées par la commune s’élevèrent à 6 550 francs 35.

     - La nuit du 19 au 20 janvier fut une nuit d’angoisses et de périls pour les habitants de Savy.

     - Le vainqueur était arrogant et insatiable et l’on craignait à tout instant d’apprendre la mort de quelque victime.

     - Le maire d’Etreillers, M. Gronnier ; l’instituteur de cette commune, M. Marchand ; MM. Cohardy et Tupigny du même endroit, arrêtés le matin comme otages et conduits près des batteries prussiennes pendant toute la durée du combat, furent enfermés la nuit dans l’église de Savy et conduits le lendemain à La Fère, d’où ils parvinrent à s’échapper.
Hist 04

Puce   SAVY - 1887                                                                                                                                                                                                                                Up

     - Savy faisait autrefois partie des bailliage et élection de Saint-Quentin et de l’intendance d’Amiens.

     - D’après l’Annuaire de l’Aisne de 1887, son territoire est de 748 hectares, ses revenus annuels de 381 francs, la valeur du centime additionnel au principal des quatre contributions directes de 63 francs 10 et le nombre total des centimes additionnels de 77, dont 2 seulement pour dépenses extraordinaires votés jusqu’en 1912. Les revenus annuels du Bureau de bienfaisance s’élèvent à 464 francs.
 

Puce   SAVY  - La Corderie 1872-1972    
                                                                                                                                                                                                   Up                                   
En 1870, il existait une corderie à Roisel (Somme) dont le propriétaire était monsieur Louis-François COLOMBIER qui avait quatre fils.
L'aîné, Louis-Amand, devait lui succéder, mais lorsque, en 1870, la guerre fut déclarée, l'un de ses frères reçut son ordre de mobilisation et mourut lors de la retraite en Suisse avec l'armée Bourbaki.
Il laissait quatre enfants dont Louis-Françoise prit en charge. Louis-Amant comprit qu'il devait aller s'établir ailleurs. 
C'était en 1872. Or mon beau-père, Louis-Amand, venait d'épouser une jeune fille de Caulaincourt, Odile POINTIER, qui avait  été pensionnaire quelques temps chez l'institutrice de Savy.
 
L'industrie textile de Saint-Quentin était en pleine expansion. Louis-Amand jugea, avec raison, que Savy était un emplacement idéal pour installer une corderie et que la ville proche lui procurerait une clientèle intéressante.
 
Il acheta donc une maison et un terrain. La maison avait un étage elle était en briques et couverte en ardoise. C'était la première du village qui ne fut pas en torchis. Tout près était une maison très simple qui servit de magasin. Louis-Amand fit bâtir une corderie de 80 mètres de long sur 6 de large et acheta un matériel à main, selon l'époque.
Pour l'encollage à l'air libre, Monsieur Bethfort lui vendit le champs d'en face. Pour les marchandises, la maison Sorent et Dufour, Hellemes-Lille, qui connaissait par son repésentant les qualités de mon beau-père, lui ouvrit un crédit. Les affaires prospéraient. Le travail abondait.
 
Vers 1897, un second immeuble fut bâti en prolongement du premier. Il mesurait 70 mètres sur 8 et était plus haut. Le père de madame COLOMBIER, charpentier à Caulaincourt, avait établi un grenier d'une solidité exceptionnelle pour les marchandises.
 
Il y avait une vingtaine d'ouvriers: hommes, jeunes gens  et enfants qui commençaient à travailler vers 9 ou 10 ans. Louis-Amand mourut accidentellement en 1902 en gare de Saint-Quentin  écrasé par un train en traversant les voies. Il n'a avait pas de passage souterrain, ni de pont à cette époque.

     
 
 

Puce   SAVY - Vu, il y a 50 ans ?                                                                                                                                                                                                          Up                                   

     - La commune de Savy compte aujourd’hui 682 habitants. En 1698, la population était de 472 habitants ; en 1800, de 969 ; en 1836, de 885 ; en 1856, de 802 ; et en 1861, de 791. La plupart des habitants sont occupés aujourd’hui aux travaux agricoles. Un petit nombre appartient aux corps des ouvriers en bâtiments, tailleurs de pierres, maçons et charpentiers. Il y a cinquante ans, une bonne partie de la population était occupée à l’industrie du tissage.